Photo

Nos services - Centre mixte pour adultes

Services aux adultes
Traitement intensif-stage
Programme intensif long terme
Calendrier des stages
 

 

Services aux adultes


Résidence Frédéric-Ozanam
242, rue Cantin
Ottawa, Ontario
K1L 6T2

courriel: administration@maisonfraternite.ca

Téléphone: (613) 741-2523       Télécopieur: (613) 741-3264

Directrice des Services aux adultes: Jeanne-d'Arc Gosselin 
courriel : jdgosselin@maisonfraternite.ca

 

Critères d'admission
 

Le centre est ouvert à toute personne, homme ou femme :

  • ayant des problèmes d'alcoolisme, de toxicomanie, de pharmaco-dépendance (médicaments), ou de co-dépendance ;
  • âgée de 18 ans ou plus ;
  • francophone ;
  • résidant en Ontario. 
N.B.  Si une femme a besoin d’un traitement résidentiel, elle sera d’abord référée à notre Résidence des femmes. 

 

Services externes (tous gratuits)
 
  • Évaluation et référence ;
  • Thérapie individuelle ;
  • Thérapie conjugale ;
  • Thérapie familiale ;
  • Thérapie de groupe ;
  • Groupe de motivation ;
  • Groupe d'appui aux proches de toxicomanes;
  • Groupe de prévention structurée de la rechute ;
  • Groupe de suivi ;
  • Éducation communautaire ;
  • Service d’écoute téléphonique 24 heures par jour, 365 jours par année.
Autres services offerts en partenariat
 
  • Groupe de thérapie francophone pour les personnes aux prises avec des troubles concomitants (c’est-à-dire une conjugaison de problèmes de toxicomanie et de santé mentale) en partenariat avec l’Association Canadienne de Santé Mentale.
  • Projet Montfort Renaissance qui vise à venir en aide aux personnes francophones présentant un problème de santé mentale et à risque de devenir sans abri, en partenariat avec l’hôpital Montfort, Horizons Renaissance, et la Corporation Salus.
  • Service d’évaluation pour les personnes francophones pressenties comme ayant besoin d’un traitement résidentiel, en partenariat avec le Champlain Addiction Coordinating Body, par le biais de Serenity House
Intérêt particulier pour les troubles concomitants
 
  • Depuis quelques années, le personnel de Maison Fraternité se sensibilise de plus en plus aux besoins des personnes affligées d’une double problématique de toxicomanie et de santé mentale.  En partenariat avec l’hôpital Montfort, le comité Montfort/Fraternité a été créé dans le but d’en arriver à offrir aux personnes francophones souffrant de troubles concomitants l’accès à des soins de qualité dans leur langue.  Ce projet a été mis sur pied avec l’espoir de corriger ce qui nous considérons être une grave lacune dans le continuum de la prestation des services aux personnes toxicomanes francophones.  Il ne pourra voir le jour sans l’appui financier du Réseau local d'intégration des services de santé de Champlain.

Traitement intensif-stage


Le stage intensif de 28 jours est ainsi appelé parce que nous y incluons la fin de semaine qui le précède et qui correspond à la transition court terme décrite au paragraphe précédent, mais il dure réellement 20 jours si l’on compte les trois fins de semaine où il n’y a pas d’activités proprement dites, c'est-à-dire encadrées par le personnel.  Au cours de ces dernières, les clients sont invités à reprendre progressivement contact avec leur milieu d’appartenance si celui-ci est suffisamment sécuritaire et supportant, ou s’il n’est pas trop éloigné (nous recevons des clients de toutes les régions de l’Ontario, de la région d’Ottawa, bien sûr, mais aussi de l’Est de l’Ontario, - Hawkesbury, Cornwall, Plantagenet, St-Eugène, St-Albert, etc. . ., - et du Nord de l’Ontario, - Hearst, Kapuskasing, Smooth Rock Falls, Timmins, North Bay, Sudbury, etc. . ., - sans compter ceux, plus rares, qui viennent de Welland, Toronto, Windsor, Kingston ou d’ailleurs).

 

Dès la fin de semaine qui suit la première semaine de stage, les stagiaires peuvent partir dès le vendredi soir et revenir seulement le dimanche soir avant 22h00.

 

Les activités proprement dites durent donc réellement vingt jours et occupent les participants de 9h00 à 21h00 environ.  Elles comprennent notamment seize sessions de thérapie de groupe d’une heure et demie chacune et quatre sessions de thérapie individuelle d’une heure chacune (comme on peut le constater, on insiste beaucoup sur la thérapie de groupe puisqu’on y consacre six fois plus de temps - 24heures par rapport à 4 - qu’à la thérapie individuelle), douze thèmes ou présentations didactiques (le journal quotidien, les symptômes post-sevrage, le mouvement A.A./N.A. et ses 12 étapes, la gestion du stress, la sobriété, les causes de la rechute, la prévention de la rechute, les éléments d'une bonne santé, les comportements compulsifs, l’initiation à différentes techniques de relaxation, des exercices favorisant une meilleure connaissance de soi incluant un atelier de créativité, la présentation de films-chocs suivis d’une discussion de groupe, des activités physiques, des sorties de groupe, seize périodes de travail personnel, la participation aux tâches domestiques de la résidence, l’audition du témoignage de deux ex-clients ayant réussi à atteindre au moins une année de sobriété, ainsi que la participation à des rencontres de différents groupes A.A. et N.A. (nous tenons à ce que les participants soient mis en contact avec différents groupes pour qu’ils puissent les comparer et savoir où ils se sentent à l’aise).

 

Il peut être intéressant de souligner ici que notre centre collabore avec ces groupes, notamment en leur ouvrant ses portes lorsqu’une demande lui est adressée en ce sens et qu’il lui est possible de les recevoir.  Ainsi, présentement, trois groupes A.A. tiennent leurs rencontres hebdomadaires dans nos locaux.
 
 

Programme intensif long terme

 
Programme de réadaptation à long terme :

 

Ce programme se veut une suite au stage intensif pour les personnes qui en ont besoin, notamment celles qui ne sont pas prêtes à réintégrer leur milieu d’origine et qui ont besoin d’aide avant de pouvoir le faire.  Il est d’une durée variable : il comporte quatre blocs de quatre semaines chacun, et la personne n’y reste que tant qu’elle en a besoin.  Il est aussi d’une intensité décroissante pour laisser de plus en plus de temps aux clients pour accomplir leurs démarches personnelles devant mener à leur réinsertion sociale : recherche d’un logement décent dans un milieu convenable, recherche d’un emploi ou retour aux études, pratique de loisirs sains où il n’y a pas de consommation, élaboration d’un réseau de soutien, règlement de questions financières, etc. . .

 

Bloc 1 :

 

Alors que le stage occupait les participants de 9h00 à 21h00, le premier bloc du programme à long terme ne les occupe que de 9h00 à 17h00, leur laissant ainsi presque toutes leurs soirées libres, à part trois, bien qu’ils doivent s’engager à participer à au moins une rencontre d’un groupe A.A. ou N.A. au cours de la semaine.

 

Les activités comprennent notamment seize sessions de thérapie de groupe d’une heure et demie chacune et quatre sessions de thérapie individuelle d’une heure chacune, huit thèmes ou présentations didactiques (les loisirs, les règlements, les attitudes, l’orientation budgétaire, le réseau de soutien, l’orientation au travail, le logement et l’alimentation), des discussions de groupe sur différents thèmes, des activités sportives, la poursuite d’activités de relaxation, le témoignage de deux ex-clients, ainsi qu’un suivi, qui se fait de plus en plus serré à mesure que le programme avance, avec un éducateur pour rendre compte des différentes démarches entreprises et pour obtenir du soutien et une aide concrète pour les mener à bien.

 

Blocs 2 et 3 :

 

Ces deux blocs comprennent les mêmes activités que le premier bloc, avec les huit présentations didactiques en moins.  Ces dernières sont généralement remplacées par huit sessions de deux heures chacune sur la prévention structurée de la rechute (les participants à ces sessions peuvent cependant provenir de l’externe ;  ils n’ont pas à être inscrits aux blocs 2 et 3 du programme long terme).

 

Bloc 4 :

 

Ce dernier bloc comporte les mêmes activités que le premier bloc, moins les huit présentations didactiques et les sessions de prévention structurées de la rechute (quoiqu’il arrive que des participants de ce bloc s’y joignent s’ils n’ont pu le faire avant).  Comme on le voit, le client a de plus en plus de temps pour préparer concrètement son départ.

 

Transition long terme :

 

Ce statut peut être accordé à un résident après n’importe lequel des blocs du programme long terme, ou même avant la fin de l’un des blocs.  Le résident jouit ici d’une liberté beaucoup plus grande qui lui permet de travailler plus efficacement à sa réinsertion sociale.  Certains retournent aux études ou trouvent un emploi à temps partiel ou à temps plein mais sont encore trop vulnérables pour quitter le milieu protégé de la résidence.  Cela correspond à peu près au mandat de ce que nous appelons maintenant les résidences de support de niveau II (“recovery homes”), mais nous offrons ce service, selon la disponibilité de nos lits, vu qu’il n’existe à notre connaissance aucun établissement de ce genre entièrement francophone.  Certains clients ou anciens clients qui ont une résidence et travaillent mais traversent une période de crise qu’ils jugent de nature à compromettre leur sobriété demandent aussi, à l’occasion, d’intégrer la résidence, avec ce statut, pour éviter une rechute et se raffermir dans leur cheminement.
 
 

 

Calendrier des stages

 

6 au 31 mai

2 juin au 26 juin

5 au 29 août

2 au 26 septembre

29 septembre au 24 octobre

27 octobre au 21 novembre

24 novembre au 19 décembre