Photo

À propos de nous - Historique

Le 12 août 1962

Le Commissariat du Tiers-Ordre d'Ottawa, Les Chantiers d'Emmaüs et la Société St-Vincent de Paul de la Paroisse St-François d'Assise projettent d’établir un refuge de nuit à  l'intention des personnes sans-abri.

 

Le 24 décembre 1962

Ces trois organismes trouvent une maison pour les sans-abri au 12, rue Ladouceur, à Ottawa.

 

Le 5 janvier 1963

Maison Fraternité ouvre ses portes grâce à des bénévoles, particulièrement de la paroisse St-François  d'Assise, et à des jeunes membres de l'Association de la jeunesse franco-ontarienne.

 

En 1965

Des membres de la Britannia United Church  se joignent aux bénévoles qui assurent l'opération quotidienne de la maison et qui siègent sur le conseil d'administration.

 

En 1966

Maison Fraternité change d’orientation : elle devient un foyer de transition pour alcooliques.  La Fédération des œuvres (Centraide) et la Fondation de la recherche en toxicomanie assurent l'appui financier.  Un programme de réadaptation est mis sur pied et , les premiers employés, embauchés.


Le 4 mai 1971

Maison Fraternité reçoit son  incorporation à titre de société sans but lucratif sous les auspices de la " Charitable Institution Act"  de l'’Ontario.

 

En janvier 1973

Le Ministère des services sociaux et  communautaires reconnaît Maison Fraternité comme centre de réadaptation pour la région d’O'ttawa-Carleton. Pour aider au développement d'un programme de réadaptation, un conseiller du ministère se joint à l'équipe de la Maison en mai 1974.

 

En octobre 1974

Une association qui est gérée par les résidents et  qui a pour but de répondre à leurs besoins est mise sur pied.

 

Le 31 janvier 1975

Maison Fraternité emménage au 242 chemin Montréal. 

 

Le 9 mai 1975

L'ouverture officielle des nouveaux locaux a lieu.


En 1982

Suite à une demande du Conseil de Planification Sociale, le Ministère de la Santé accepte de parrainer un programme  intensif pour alcooliques francophones.    

 

En 1983

En plus de sa vocation de maison de transition à long terme, un programme de traitement intensif avec des services internes et externes est ajouté et une nouvelle équipe de professionnels est embauchée. Maison Fraternité devient également unilingue francophone et accueille désormais non seulement des hommes mais aussi des femmes.

 

Le 19 septembre 1983

Maison Fraternité reçoit ses premiers stagiaires au programme intensif.

 

Le 23 novembre 1987

Mise sur pied d'un nouveau programme de réadaptation à long terme, axé sur le développement d'habiletés permettant de  consolider les changements au niveau des attitudes et des comportements.  

Les phases de ce programme sont: l'orientation, la recherche-action, la stabilisation et la réinsertion sociale.

 

Le 18 novembre 1988

Maison Fraternité fête son vingt-cinquième anniversaire.

 

Le 11 septembre 1989

Début d'un programme externe pour les adolescents et leur famille.

 

Le 22 septembre 1989

La première pelletée de terre au 242, rue Cantin, site du nouveau centre de traitement mixte pour adultes. 

 

Le 19 novembre 1989

Maison Fraternité est désignée, en vertu de la Loi sur les services en français de 1986, comme un dispensateur officiel de services en français.

 

Le 6 décembre 1989

Ouverture officielle du centre de traitement pour les adolescents et leur famille.

 

Le 10 février 1990

Début du traitement de la toxicomanie pour les adolescents de moins de 16 ans.

 

 

Le 1er avril 1990

Ouverture d'une résidence de support pour femmes toxicomanes au 105, rue Laval.

 

 

Le 16 avril 1990

Déménagement du centre de traitement mixte pour adultes au 242, rue  Cantin.

 

Le 5 octobre 1990

Ouverture officielle de la résidence de support pour femmes toxicomanes.

 

Le 19 octobre 1990

Ouverture officielle du 242, de la rue Cantin.

 

Août 1992

Début du programme de jour au centre pour adolescents.


Le 11 janvier 1993

Début d’un programme structuré de traitement à la résidence des femmes.  Sa mission est ainsi changée : elle devient un centre de traitement et non plus seulement une résidence de support.

 

Février 1995

Implantation d’un système informatique en réseau.

 

Le 17 juin 1996

 

Une plaque de bronze est apposée près de la porte principale du 242 Cantin officialisant le nom de “Résidence Frédéric-Ozanam” à la résidence du centre de traitement mixte pour adultes.  Ceci ce veut un geste concret de remerciement à la Société Saint-Vincent-de-Paul pour son généreux soutien à la mission de Maison Fraternité.

 

Octobre 1998

 

Maison Fraternité s’associe avec la Coalition Antidrogue de Vanier en acceptant d’en devenir partenaire responsable auprès du Ministère de la santé.

 

Le 5 janvier 2001

 

La Coalition Antidrogue de Vanier reçoit ses premiers jeunes dans un module préfabriqué installé dans le parc Optimiste de Vanier.  C’est un deuxième site de Halte-Accueil pour la Coalition, après celui de la Maison des Jeunes du 297 Savard, et un cinquième site d’opération pour Maison Fraternité.

 

Le 30 novembre 2001

 

Monsieur Jean-François Milotte, président du Conseil d’administration, est honoré au Salon de la francophonie du Sénat canadien.  Le sénateur Jean-Robert Gauthier lui remet une médaille frappée spécialement pour souligner l’année internationale des bénévoles.

 

Le 27 février 2002

 

Suite au décès, le 12 février 2002, de Monsieur Georges Morin, qui fut directeur général de Maison Fraternité de 1974 à 1994, le Conseil d’administration décide de nommer une salle du 242 Cantin en son honneur, ceci afin de souligner son apport exceptionnel au développement de Maison Fraternité.

 

 

Une plaque de cuivre et un cadre viennent, un mois plus tard, ajouter un caractère de permanence à cette résolution du Conseil.

 

Le 7 juin 2002

 

Premier tournoi de golf organisé par la firme Jacques Bédard Excavation Ltée au profit de Maison Fraternité.

 

Le 11 juillet 2002

 

Grâce à un don de la succession de Monsieur Gaston Héon, Maison Fraternité devient officiellement propriétaire de l’édifice du 300 rue Olmstead, en vue d’y loger son centre de traitement pour les adolescents et leurs familles.

 

Le 1er octobre 2002

 

Première rencontre du comité Montfort/Fraternité ayant pour objectif général d’examiner les formes de partenariat possibles entre le programme de santé mentale de l’hôpital Montfort et Maison Fraternité et, pour objectif particulier, de voir de quelles façons ils pourraient aider les personnes francophones souffrant de troubles concomitants (conjonction de problèmes de toxicomanie et de santé mentale).

 

Le 12 avril 2003

 

Une grande fête a lieu au Cerntre francophone de Vanier, rassemblant des clients et ex-clients, ainsi que des employés et ex-employés de Maison Fraternité, ceci en vue de souligner officiellement le quarantième anniversaire de Maison Fraternité.  

 

Le 6 juin 2003

 

Deuxième tournoi de golf organisé par la firme Jacques Bédard Excavation Ltée au profit de Maison Fraternité.

 

Le 24 juin 2003

 

L’équipe du centre de traitement pour les adolescents et leurs familles quitte le quatrième étage du 260 Dalhousie pour emménager au 300 rue Olmstead.

 

Le 3 octobre 2003

 

Inauguration officielle du 300 Olmstead.

 

Le 28 octobre 2003

 

Maison Fraternité assigne un thérapeute au projet Montfort Renaissance, lequel vise à venir en aide aux personnes francophones aux prises avec un problème de santé mentale, et à risque de devenir sans abri.  L’expertise de Maison Fraternité est requise parce que certaines de ces personnes ont aussi un problème de toxicomanie.

 

Le 4 décembre 2003

 

Deux organismes communautaires francophones emménagent à l’étage du 300 Olmstead.

 

Le 18 décembre 2003

 

Maison Fraternité clôt les activités de son quarantième anniversaire par un dîner au 300 Olmstead.

 

Le 23 août 2004

 

Grâce à une subvention de Centraide, Maison Fraternité embauche une quatrième thérapeute pour son centre pour adolescents.  Ainsi, ce dernier est en état de desservir dix écoles secondaires francophones au lieu de huit.


Le 2 décembre 2004

Montfort/Fraternité présente une demande de financement au Ministère de la santé et des soins de longue durée pour un plan de formation dans le domaine des troubles concomitants, à l'intention du personnel professionnel oeuvrant dans le traitement de la santé mentale et de la toxicomanie.

 

Le 22 novembre 2005

Action antidrogue de Vanier célèbre son quinzième anniversaire au Centre Pauline-Charron.  Il en profite pour faire l'annonce publique de son nouveau nom, Focus Vanier, et pour dévoiler son nouveau logo.

 

Le 19 décembre 2005

Montfort/Fraternité présente une demande de financement au Ministère de la santé et des soins de longue durée pour la constitution d'une équipe spécialisée dans le traitement des troubles concomitants pour la population francophone, équipe qui serait gérée par Maison Fraternité.


Le 11 septembre 2006 

 

Toute la programmation jeunesse de Focus Vanier est, à compter de ce jour, concentrée en un seul site nouvellement aménagé : au Centre Richelieu Vanier, au 300 Avenue des Pères Blancs, à Ottawa (territoire de l’ancienne municipalité de Vanier).

 

Le 20 octobre 2006

 

Lancement au 242 Cantin d’un court métrage de l’Office National du Film, Portrait d’un parfait inconnu, de Claude Guilmain, portant sur le traitement de son frère à Maison Fraternité.

 

Le 3 novembre 2006

Ouverture officielle des nouveaux locaux de Focus Vanier.


Le 29 décembre 2006

Déménagement des locaux administratifs de Focus Vanier au 261 chemin Montréal, suite 206, à Ottawa.


Le 7 juin 2007

Un psychiatre du programme de santé mentale de l'Hôpital Montfort, spécialisé en toxicomanie, commence à travailler auprès de la clientèle de Maison Fraternité, à raison d'une demi-jopurnée par semaine. Cette initiative se situe dans le cadre du Comité Montfort/Fraternité pour le traitement des programmes francophones vivant avec des troubles concomitants

 

Avril 2008     

Le Réseau local d'intégration des services de santé de Champlain annonce que Maison Fraternité sera responsable de mettre sur pied le futur centre de traitement résidentiel pour adolescents et adolescentes francophones. Au début, celui-ci ne comportera que cinq lits. L'ouverture ne se fera probablement pas avant le début de l'année 2010, et, peut-être même, au début de l'année scolaire 2010-2011.


Janvier 2009

À la suite d'une entente intervenue entre le RLISS de Champlain, la Ville d'Ottawa, Centraide Ottawa, et les deux conseils scolaires francophones (CECLF et CEPEO), deux thérapeutes supplémentaires et un éducateur en prévention de la toxicomanie sont embauchés, de façon à fournir davantage de services aux écoles secondaires francophones d'Ottawa.